Prototypes et projets

Des projets en cours

 

__Des entreprises venant de secteurs différents ont commencé à élaborer des projets autour de la voiture autonome. Chaque constructeur choisit une approche différente du véhicule autonome.

► google

__Google a réalisé un système équipé sur trois voitures différentes : la Toyota Prius, l’Audi TT et la Lexus RX450h. Ce système comprend un radar laser LiDAR Le LiDAR : (Light Detection and Ranging) est une technologie de mesure de distances à l’aide de l’analyse d’un faisceau de lumière émis puis reçu. Le principe est similaire à celui d’un radar classique, cependant, travailler dans le domaine du visible permet d’avoir un faisceau plus directif et de détecter des objets de taille microscopique.ainsi que le logiciel Google Chauffeur Google Chauffeur’ est un logiciel qui permet de synthétiser les données topologiques recueillies par les capteurs et de les superposer à un plan comprenant les informations routières.. Google travaille aussi sur son propre modèle de voiture autonome, la Google Car8488325502_2957fdb348_z . Ce modèle électrique, conçu pour rouler à de faibles vitesses (de l’ordre de 40 km/h), permet de transporter deux passagers. Il se démarque des autres par son absence de volant, et donc par l’impossibilité pour un être humain de prendre le contrôle du véhicule.

 

►  tesla-motors-logo

__Le constructeur automobile Tesla Motors, spécialisé dans la production de voitures électriques  »sportives » a annoncé vouloir équiper deux de ses prochains modèles de voiture (le Model S et le Model D) d’un système d’autopilotagePrévu pour la circulation sur autoroutes, ce système permet de changer de file à partir d’une commande simple et de réguler la vitesse grâce à la lecture des panneaux de signalisation tout en s’adaptant à celle des véhicules environnants. Il est doté d’un système visant a éviter les collisions, et d’un logiciel qui permettra de donner une estimation du temps de trajet à partir de données sur le trafic en temps réel et de communiquer avec certaines portes de garage.. Ces deux véhicules sortis par Tesla ont été pensés très différemment de la Google Car, le but n’étant pas de supprimer le conducteur mais  de l’assister dans des situations monotones ou en cas de danger. Elles rentrent dans la catégorie des véhicules semi-automatisés car les outils automatiques ajoutés permettent d’améliorer le confort d’utilisation. On constate que les préoccupations de la marque restent centrées sur les performances de leur véhicule.

 

►  used-mercedes-portland

__La marque Mercedes a deux projets en cours concernant les véhicules autonomes. Le premier est un prototype de camion appelé Future Truck 2025 15240306019_f3211feda4_z . Ce véhicule devra être capable de circuler sur autoroute, et de calculer et optimiser son itinéraire. Un utilisateur humain, qui restera indispensable au fonctionnement de ce véhicule, se verra obligé de reprendre le volant pour sortir de l’autoroute. Un éclairage de l’habitacle par LED permettra d’avertir le chauffeur du changement de mode de conduite. Le second est une voiture autonome,  la F015, qui se place dans la catégorie du très haut de gamme. La conception de l’habitacle permettra d’accueillir 4 personnes, les sièges se faisant face. Il sera toujours possible pour un humain de piloter le véhicule à l’aide d’un volant en pivotant l’un des sièges mais le mode autonome sera clairement favorisé.

 

__D‘autres constructeurs comme Ford, Volvo et Hyundai, réalisent aussi leurs propres prototypes de véhicules autonomes.

 

 

Des véhicules qui circulent déjà

 

__Si la législation interdit toujours la conduite des véhicules autonomes dans les rues, des convois circulent déjà de manière parfaitement autonome à travers le monde.

__En Australie, comme à Pilbara, ou encore au Chili, d’énormes engins de 16m et pesant plus de 500 tonnes traversent les sites miniers et évitent ainsi à des accidents dus à des erreurs humaines de se produire tout en permettant d’améliorer l’efficacité globale du site. L’armée est également concernée puisque ce genre de véhicules pourrait permettre de balayer des zones de conflit sans risque pour des vies humaines, comme ce fut le cas lors de tests à Fort Hood en début d’année.

__Le projet AMASLe projet AMAS (Système Appliqué de Mobilité Autonome) est mené par le département TARDEC de recherche de l’armée américaine (Tank-Automotive Research, Development and Engineering Center) en collaboration avec Lockheed Martin, spécialiste de l’équipement militaire. permettrait de réduire un grand nombre de dangers dans des zones à risque, puisqu’une option automatique donneraient la possibilité au véhicule d’effectuer des actions seul jusqu’à prendre le contrôle total de la conduite.

 __Dans la cité de Masdar, la ville verte en construction depuis 2008 de l’émirat d’Abou Dabi, aux Émirats Arabes Unis, un mode de transport très particulier a été développé par la société « To Get There ». Ce sont les PRT Les PRT (Personal Rapid Transit) sont des véhicules électriques autonomes.qui effectuent des parcours prédéterminés en suivant une voie tracée par des aimants disposés dans le sol. Le système vérifie en permanence le bon alignement du véhicule, et s’arrête s’il constate l’absence de deux aimants consécutifs. Les véhicules sont placés en sous-sol, et sont contrôlés par un réseau Wi-Fi disponible tout au long de la route. Chaque véhicule peut transporter 4 à 6 personnes d’un point à un autre de la carte disponible, à vitesse maximale de 40km/h. Ils sont équipés de batteries Lithium Ion qui leur permettent 60km d’autonomie. 21 de ces véhicules ont aussi été placés à l’Aéroport d’Heathrow afin de relier les parkings aux terminaux. Bien qu’ils soient fiables à 99%, une salle de contrôle a été mise en place pour veiller à leur bon fonctionnement.

 

5238086416_fe309e66bc_z

Les PRT de Masdar City – par DiTii

 

__Les véhicules agricoles bénéficient aussi depuis quelques temps d’outils visant à rendre autonome le travail des champs. Ces véhicules guidés par GPS qui circulent sur des lieux privés ne sont soumis à aucune réglementation relative au code de la route et peuvent évoluer dans leur environnement sans trop de risque.  A l’heure actuelle, leur vitesse est très faible (de l’ordre de 3 ou 4 km/h) afin d’assurer une bonne gestion des événements imprévus et potentiellement dangereux. Leur grande précision leur permet un parcours et des manœuvres optimisées. Mais des phénomènes comme l’irrégularité des terrains peuvent rapidement susciter des comportements aléatoires qui peuvent engendrer des erreurs de trajectoire et donc provoquer  des fautes graves sur le travail effectué. Le CemagrefCentre national du Machinisme Agricole du Génie Rural, des Eaux et des Forêts a donc conçu un système de guidage qui corrigerait ces déviations indésirables et optimiseraient la rentabilité des terres agricoles, en plus de permettre aux véhicules de circuler à des vitesses plus élevées. Aujourd’hui, ces véhicules ne sont pas encore aptes à réagir convenablement à des situations de danger venant de l’extérieur, comme un être vivant traversant la chaussée. C’est l’une des raisons pour lesquelles ils ne sont pas encore commercialisés.