Les limites techniques

 ► Le frein de la législation

 

__Actuellement, trois principaux challenges technologiques font surface.

Carte

__Les voitures autonomes utilisent des données contenues sur une carte. Ces cartes contiennent des informations cruciales au bon fonctionnement du véhicule, avec notamment la position des feux tricolores. Toute modification de l’environnement urbain doit donc être détectée, puis modifiée sur la carte. A grande échelle, cette méthode demande d’avoir beaucoup de personnes mobilisées pour surveiller les modifications, et le temps de répercussion sur la carte risque d’être trop élevé.

   V2E

__L‘autre domaine posant de lourds challenges technologiques est la communication V2V et V2E. Pour fonctionner correctement, les véhicules autonomes devront être capables de communiquer entre eux.

__Le principal obstacle est la cohabitation entre véhicules ayant des équipements et des capacités de communication très différentes. Il n’est pas possible de prévenir cette cohabitation et dédier des voies spécifiques aux véhicules autonomes coûterait trop cher et limiterait considérablement l’intérêt de ce type de véhicules.

 

LidarPluie

__Enfin, d’autres considérations liées à l’environnement externe du véhicule autonome freinent leur développement. Les véhicules sans pilote actuels ne sont pas capables de bien circuler en cas de pluie et de neige. Ce type de perturbation réduit le champ d’action du LiDAR. La gravité des effets sur la conduite varie en fonction du climat, et va de la non reconnaissance de panneaux de signalisation à des problèmes de détection de la bifurcation de la route. Des nouveaux systèmes de senseurs vont donc devoir être développés.