La législation

 ► Le frein de la législation

 

__En plus d’être autorisées à circuler dans certains pays d’Europe, les voitures autonomes sont également testées dans quelques états des États Unis. En Californie, notamment, de nouveaux tests des Google Car, prévus pour l’été, ont été autorisés il y a tout juste quelques jours. Elles bénéficient pour cela d’assurances spécifiques allant jusqu’à 5 millions d’euros et nécessitent un permis particulier.

__De nouveaux tests en France devraient avoir lieu durant l’année 2015 à la suite de l’établissement d’une feuille de route rédigée par un groupe de travail coordonné par Carlos Ghosn, président-directeur général du groupe Renault. La législation va cependant à l’encontre d’une autonomie totale du véhicule, puisque la loi française stipule non seulement qu’une voiture doit disposer d’un conducteur ne devant se concentrer que sur la conduite, mais également d’un volant et d’un pédalier pour lui permettre de reprendre le contrôle à tout moment. Jusqu’à la modification de ces lignes, aucune voiture autonome ne pourra donc circuler librement et sans autorisation spéciale sur les routes françaises.

 

► Pour aller plus loin…

Vous voulez en savoir plus sur les articles de loi qui vont à l’encontre de la mise en circulation des véhicules autonomes ? Consultez l’article : Articles de loi et code de la route.

__Vient également la question du permis de conduire. Si le véhicule est totalement autonome, l’usager doit-il disposer d’un permis ? Peut-il l’utiliser dans des conditions où il ne pourrait pas se servir d’un véhicule classique (âge, état…) ? Il y a également un problème de responsabilité. En cas d’accident, doit-on privilégier la parole du conducteur ou les données de l’ordinateur ? Les assurances auront malgré tout leur rôle à jouer car même si les accidents seront diminués, les problèmes comme les pannes ou les vols resteront.